Parcours

 

 

Dans le hall d’entrée se trouve l’armoire sculptée de l’Association cantonale bernoise de tir, réalisée en 1899/1900. Un chef d’œuvre de l’école d’ébénisterie de Brienz. Les parois intérieures et extérieures peintes sont l’œuvre du peintre Friedrich Traffelet (1897–1945).

A la montée d’escalier, l’exposition montre l’évolution de l’arc à l’arbalète, des armes à feu, du tromblon au fusil d’assaut moderne. Les pièces exposées représentent une panoplie d’armes les plus courantes de l’armée suisse, utilisées par des tireurs civils à l’occasion des fêtes de tir.

Dans la salle d’honneur du premier étage, la figure de Konrad Stäheli, 24 fois champion du monde et champion olympique à 300/50m (1866–1931) est presentée. Ses résultats lors de concours internationaux n’ont jamais été égalés à ce jour. Même pas du récent champion du monde Marcel Bürge (1972), ayant obtenu son titre à Lathi (Finlande) en 2002. En observant les équipements et les armes de ces deux sportifs en grandeur nature devant vous on constate l’évolution intervenue depuis. L’équipement de Marcel Bürge est celui de Lathi.

Saviez-vous qu’il existe un fusil d’assaut, modèle 57 à canon courbe, permettant de tirer camouflé? Cette arme a été créée spécialement pour le tournage du film : « Auf krummen Touren » et a vraiment fonctionné. Elle est exposé dans une vitrine spéciale.

Dans la grande salle plusieurs consoles vitrées contiennent les armes les plus précieuses du musée, soit : des mousquets remarquablement ornés, les matières utilisées sont à base d’os et de corne. L’arme la plus ancienne date de 1564. D’autres armes révèlent l’extraordinaire qualité artistique des armuriers bernois du 18e siècle, Franz Ulrich et Christian Schenk. Dans d’autres vitrines se trouvent des armes précieuses, remises comme dons d’honneur lors de fêtes fédérales de tir.

Aussi dans la grande salle se voit l’évolution des fêtes fédérales de tir de 1824 à nos jours. Au fond de la salle, les vitrines contiennent les monnaies et les thalers de toutes les fêtes fédérales de tir.

La grande coupe en argent, don de sa majesté le Roi Guillaume III des Pays-Bas (1817–1890), offert à l’occasion de la fête fédérale de tir de Lausanne de 1876, est sans doute une des pièces maîtresses exposée, elle pèse 12 kg. Pour la confection 4 artistes y ont travaillé durant toute une année. Dans la même vitrine on peut admirer une autre coupe en argent et dorée. Elle a été offerte comme don d’honneur par l’empereur allemand Guillaume II (1859–1941) à l’occasion de la fête fédérale de tir de Berne en 1910.

Une spéciale vitrine est consacrée entièrement aux montres de poche attribuées à l’occasion des différents concours de tir. La plus belle pièce peut être admirée dans la vitrine de la fête fédérale de tir de Lausanne en 1836. Elle est considérée comme la première et en même temps la plus prestigieuse des montres de poche, boîtier en or avec étui d’origine, jamais attribuée à l’occasion d’un tir fédéral. C’est une œuvre de l’école d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds. Le couvercle de cette montre est orné de toutes les armoiries cantonales ainsi que la représentation du légendaire tir de Guillaume Tell au centre.

Le long de l’escalier qui mène du premier au deuxième étage se trouve une collection d’armes typologiques du Dr. Günther, de Fribourg en Brisgau. Au plafond on peut admirer quelques bannières de fédérations et de sociétés de tir, en garde au musée.

La salle du deuxième étage contient les vitrines cantonales de Argovie à Zurich dans l’ordre alphabétique. La vitrine murale et la vitrine hexagonale contiennent les trophées des concours de groupe de nos internationaux ainsi que la peau de l’ours (AMEKO) remis vivant pour l’occasion à notre délégation à Helsinki en 1937. Les vitrines du couloir central contiennent des dons et dotations de tireurs connus ayant fait don de leurs collections au musée. Une donation spéciale est celle de la famille Perret-Bourquin de Neuchâtel comprenant pas moins de cinq générations de tireurs.

Une autre pièce maîtresse, propriété des tireurs d’élite de Berne, est l’armoire à bannières sculptée, datant du 19e siècle. Elle se trouve côté paroi murale sud.

Une attraction surtout pour le visiteur plus jeune, c’est l’installation de tir d’origine « Vêtements Frey ». Sur demande elle peut encore être servie.

Merci de votre visite.

 

 

 

 

Actualité

 

Exposition particulière

 

Vue dans le dépôt

→ Vue dans le dépôt